sombre


sombre

sombre [ sɔ̃br ] adj.
• 1530 « (temps) couvert »; 1374 sombre coup « meurtrissure »; probablt de l'a. v. sombrer « faire de l'ombre »; bas lat. subumbrare
I
1Qui est peu éclairé, reçoit peu de lumière. noir, obscur. Pièce sombre. « L'église si sombre de Saint-Dominique » (Stendhal). « La nuit vint deux heures plus tôt, tant le ciel était sombre » (Maupassant). Il fait sombre. Nuit sombre. ténébreux. Coupe sombre.
(Avec une idée de tristesse, de menace) Sombres abîmes. Myth. Le sombre empire, les sombres rivages. enfer.
2Qui est mêlé de noir ( noirâtre), ou se rapproche du noir. Couleur, teinte sombre. Costume sombre. foncé. Eau d'un bleu sombre. Cheveux sombres.
IIFig. (1545)
1(Personnes) Dont les pensées, les sentiments sont empreints de tristesse, d'abattement, de douleur ou d'inquiétude. 1. amer, taciturne, ténébreux, triste. Le plus sombre des misanthropes. Il était plutôt sombre, ce soir. Visage, air sombre, d'une sévérité triste ou menaçante. ⇒ 1. sinistre. Être d'un tempérament sombre. atrabilaire, bilieux, mélancolique, pessimiste. Par ext. S'abîmer dans de sombres réflexions (cf. Broyer du noir).
2(Choses) D'une tristesse tragique ou menaçante. funèbre, funeste, inquiétant, 1. sinistre, tragique. L'avenir est sombre. « Nous entrons dans un temps sombre, de complots, de violences » (Michelet).
3Fam. (avant le nom) Déplorable, lamentable. Un sombre idiot, une sombre brute. « Une sombre histoire de sombre assassinat » (Queneau).
⊗ CONTR. Éclairé ; éblouissant, éclatant, illuminé; clair. Gai, enjoué, jovial, joyeux.

sombre adjectif (ancien français sombrer, faire de l'ombre, du bas latin subumbrare) Se dit d'un lieu peu éclairé, où la luminosité est faible : Une ruelle sombre. Se dit d'une couleur qui tire sur le brun ou sur le noir, ou d'une nuance foncée et sans éclat : Une robe sombre. Dont le comportement, les pensées, le caractère manifestent de la gravité, du pessimisme, une inquiétude : Une humeur sombre. Qui est empreint de tristesse, d'inquiétude, chargé de menaces : Les perspectives d'avenir paraissent sombres. Renforce un terme injurieux ou dépréciatif : C'est une sombre brute.sombre (synonymes) adjectif (ancien français sombrer, faire de l'ombre, du bas latin subumbrare) Se dit d'un lieu peu éclairé, où la luminosité est...
Synonymes :
- ténébreux
Contraires :
- éclairé
- éclatant
- illuminé
Se dit d'une couleur qui tire sur le brun ou...
Synonymes :
- foncé
Contraires :
- décoloré
- délavé
- pâle
- vif
Dont le comportement, les pensées, le caractère manifestent de la...
Synonymes :
- déprimé
- funèbre
- rembruni
Contraires :
- enjoué
- épanoui
- folâtre
- gai
Qui est empreint de tristesse, d'inquiétude, chargé de menaces
Synonymes :
- inquiétant
- menaçant
Contraires :
sombre adverbe Il fait sombre, il y a peu de clarté, de lumière. ● sombre (expressions) adverbe Il fait sombre, il y a peu de clarté, de lumière.

sombre
adj.
rI./r
d1./d Où il y a peu de lumière. Une pièce sombre. Syn. obscur.
Il fait sombre.
|| Coupe sombre: V. coupe.
d2./d Foncé, tirant sur le noir. Un tissu sombre. Un vert sombre.
rII./r Fig.
d1./d Qui manifeste de la tristesse, de l'inquiétude. Humeur sombre.
d2./d (Choses) Marqué par le malheur, l'inquiétude, le désespoir. Une sombre journée.
d3./d Fam. Qui n'a pas été tiré au clair, en parlant d'une affaire louche, criminelle. Un sombre drame.

⇒SOMBRE, adj.
A. — 1) [En parlant d'un lieu] Qui reçoit peu de lumière; où la lumière, la clarté n'est pas intense. Synon. noir, obscur. Un coin sombre (dans une pièce); habiter un appartement, une maison sombre; un escalier, une ruelle sombre. Le val était profond, vert, plein d'ombre et d'eaux vives. De hautes collines boisées et sombres (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p. 236):
1. Je ressens une impression d'autant plus pénible que la pièce où nous sommes est sombre et que les figures y prennent des déformations fantastiques... Elle n'est éclairée, cette pièce, que par une étroite fenêtre qui s'ouvre sur une cour crasseuse...
MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p. 67.
[P. méton.] J'entendis un bruit de béquilles et de pas qui résonnait dans la sombre profondeur du corridor et s'approchait lentement (FRANCE, Pt Pierre, 1918, p. 138).
P. métaph. Au-delà de la vie, à l'issue de cette sombre vallée qui s'appelle la mort, se trouve un lieu plein de mystère, un lieu d'où nul n'est jamais revenu (MONOD, Sermons, 1911, p. 210). Faut-il (...) voir dans ces histoires de dragons ailés et dévorants comme la vague tradition, jaillie du gouffre sombre des temps révolus, d'une faune de cauchemar (DÉVIGNE, Légend. de Fr., 1942, p. 18).
Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre. Synon. obscurité, pénombre. Le temps était toujours au sombre dehors. Les nuages bas passaient en sifflant dans les peupliers nus (GIONO, Batailles ds mont., 1937, p. 126). Dans le sombre d'une loge, un bras pur de femme se lève (MAURIAC, Journal 2, 1937, p. 120).
Coupe sombre. V. coupe2 I A 2 a.
2) [En parlant de la source émettant ou réfléchissant la lumière] Qui éclaire mal; qui donne peu de clarté. Synon. faible, pâle. Il n'est pas nécessaire qu'il y ait au-dessus des groupes du Greco des anges surhumains et spectraux qui s'élèvent, ou derrière ses Christ pendus d'énormes nuées grisâtres qui l'isolent de l'univers, la sombre lueur est partout dans les fronts levés, les orbites creuses, la terre aride et les habits de velours noir (FAURE, Hist. art, 1921, p. 67).
[P. méton.;] [en parlant du temps qu'il fait, d'une période de l'année] Novembre sombre et sale n'est pas un très bon mois pour voir Prague. Je vous conseillerais plutôt janvier qui est toujours clair et ensoleillé (CLAUDEL, Corresp. [avec Gide], 1910, p. 182). Si pendant la nuit il a fait un temps sombre et couvert, s'il n'y a ni gelée ni brouillard, ni pluie du matin, partir au point du jour est le meilleur (LA HÊTRAIE, Chasse, vén., fauconn., 1945, p. 155).
Loc. verb. Il fait sombre. Il fait peu clair. Il faisait sombre et bleu sous les platanes (SARTRE, Sursis, 1945, p. 59).
3) [En parlant d'un matériau] Qui laisse peu filtrer la lumière. Au musée, des verres doubles. Cela expliquerait comment ces vitraux si éclatants sont si sombres. Ils retiennent la lumière, ne la transmettent pas (MICHELET, Journal, 1835, p. 214).
4) [En parlant d'une couleur, de son intensité ou de son éclat] Qui est foncé, tirant sur le brun ou le noir; qui est peu éclatant. Synon. foncé, terne; anton. clair2, vif4, brillant1, lumineux3. Bleu, rouge sombre; ton, couleur sombre; lierre, forêt, verdure sombre; des vêtements sombres. Le campo de l'Isla Menor, à trente kilomètres de Séville, s'étendait à perte de vue, couvert d'une herbe grasse, au vert profond et presque sombre (MONTHERL., Bestiaires, 1926, p. 406). Les assises de couleurs (...) se détachaient (...) galets d'un gris sec, laisse de mer bai brun ou noir sombre, galets mouillés jaune pâle, gris avec des reflets (QUEFFÉLEC, Recteur, 1944, p. 95).
En partic., rare. [En parlant de la couleur de la peau, du teint d'une pers.] Une jeune noire rehausse de quelques turquoises son incomparable vêtement de peau sombre (COLETTE, Jumelle, 1938, p. 26).
[P. méton.] Le XVIIe marque sa préférence pour les peintures (Poussin, Rembrandt), tandis que le XVIIIe n'a de goût que pour la lumière et la couleur. Si le XIXe est un siècle sombre, la réaction s'affirme au XXe dans tous les domaines (Musées Fr., 1950, p. 21).
Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre. Couleur sombre. Anton. clair, clarté. Tourner, virer au sombre. Là-bas, là-bas, entre Soumana et Yakidji, le sombre des nuages se résout en traînées grisâtres, qui unissent à la terre le ciel (MARAN, Batouala, 1921, p. 58):
2. Chez Seurat, tout contour d'objet est régulièrement déterminé par le contraste d'un clair et d'un sombre; chacune de ces valeurs extrêmes se dégradant aussitôt pour aller chercher la valeur contraire à l'autre extrémité du plan dont elle constitue le point de départ.
Arts et litt., 1935, p. 30-8.
B. — Au fig.
1. a) [En parlant d'une pers., de son humeur, de son caractère] Qui est empreint de tristesse, de mélancolie; qui manifeste du pessimisme. Synon. mélancolique, morne, morose, sinistre, taciturne, ténébreux; anton. gai, joyeux. Un caractère, une humeur sombre; un esprit, une imagination sombre; (être plongé) dans une sombre rêverie, de sombres pensées, de sombres réflexions. Il jouait sur une scène, se drapant (...) dans le manteau du bandit qui est un banni. Il était sombre, amère, fatal, maudit, damné, funèbrement passionné et passionnément funèbre! (L. MÉNARD, Rêv. païen, 1876, p. 10). — Sous quel uniforme cacherai-je mon cœur trop gros? Il paraîtra toujours. Jacques se sentait redevenir sombre. Il savait bien que pour vivre sur terre il faut en suivre les modes et le cœur ne s'y porte plus (COCTEAU, Gd écart, 1923, p. 96).
[P. méton.;] [en parlant d'un trait de la pers.] Un regard sombre. Il avait des choses confidentielles à nous dire. Il avait la figure sombre et défaite. En le voyant, nous eûmes peur. — Un malheur?... interrogea Rouletabille. — Non, pas encore! (G. LEROUX, Parfum, 1908, p. 28). Une vieille gravure anglaise représente l'arrestation d'un homme: un officier, l'œil sombre, saisit l'épaule du malheureux, alors qu'un soldat, armé d'une hallebarde, fonce sur celui-ci (Encyclop. éduc., 1960, p. 256).
♦ [Dans le domaine des activités intellectuelles, de la vie mor. ou soc.] Dîner, repas sombre et silencieux. Le désir est la source impure d'où l'on tire parfois des romans sombres et poétiques, et si l'on essaie de purifier la source, plus de romans (GREEN, Journal, 1946, p. 51). La musique très lourde et très sombre, l'éclairage voilé et les parfums absorbants me dépaysaient (GRACQ, Syrtes, 1951, p. 95).
[Dans le domaine de la vie affective et psychique] (Être en proie à) une sombre terreur, un sombre désespoir; avoir une sombre délectation, jubilation. Jamais plus qu'à présent, il n'avait exercé sur elle de sombre fascination (CARCO, Homme traqué, 1922, p. 173). Elle pensa: « Quel dommage! Pourquoi a-t-il fallu qu'il m'aime, de cet amour sombre et mauvais? (...) » (GENEVOIX, E. Charlebois, 1944, p. 183).
[Avec une valeur d'intensif] C'est la faute de mon caractère violent, exagéré, fantasque! Je passe du plus sombre découragement aux plus futiles espérances: à fond de cale, et, l'instant d'après, emballé jusqu'aux nues! (MARTIN DU G., Thib., Cah. gr., 1922, p. 622). Carnot, averti par un délateur, prit en mains la répression et, dès lors, poursuivit avec un sombre acharnement ses anciens compagnons de lutte (LEFEBVRE, Révol. fr., 1963, p. 471).
Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre. Caractère sombre, ce qui est sombre, triste. Vous (...) semez des figures sans nombre; Mêlez le fort au doux et le riant au sombre (DELILLE, Homme des champs, 1800, p. 142). Tous mes souvenirs, mon enfance et mes jeux, Rien ne peut animer le sombre de ma vie; La riante couleur à mes doigts est ravie, Le ton noir et brumeux domine en mes tableaux (BARBIER, Ïambes, 1840, p. 150).
Loc. Au plus sombre de. Au moment le plus triste de. Cette photographie dans une chambre d'Essendiéras montre Lavallière, au plus sombre de sa gloire terrestre (MAURIAC, Journal 2, 1937, p. 119).
b) [En parlant d'une pers., d'une vie] Qui est difficile à comprendre, qui est peu clair. La Science nous prouve, par A plus B, que nous ne sommes (...) qu'une vermine provisoire. Ceci soit dit pour ces persifleurs, vous savez? pour ces sombres écrivains qu'il faut relire plusieurs fois si l'on veut pénétrer la véritable signification de ce qu'ils disent (VILLIERS DE L'I.-A., Contes cruels, 1883, p. 242). J'ai mené ma vie d'exilé, poussière, quoi! Danse d'atome, (que tout cela (...) me paraît confus, et sombre, et embrouillé, oui, ce fut ma vie!) (CLAUDEL, Père humil., 1920, I, 2, p. 498).
2. [En parlant d'un inanimé]
a) [Domaine plus ou moins abstr.] Qui est empreint de tristesse, d'inquiétude ou de désespoir. Sombre dimanche. Elle entrait chaque jour dans le dortoir, à la nuit tombante, et sa seule présence était un soulagement aux appréhensions des blessés, qui redoutent tant ces heures sombres, où les cauchemars, la fièvre, les douleurs, les étouffements, font sournoisement l'assaut des lits (BENJAMIN, Gaspard, 1915, p. 102). De meurtre en meurtre, de catastrophe en catastrophe, où aboutirons-nous? Chaque année semble un peu plus sombre que la précédente (GREEN, Journal, 1934, p. 236).
b) Qui est marqué par des événements malheureux ou qui est chargé de menaces. Éprouver un sombre pressentiment; de sombres avertissements, présages, perspectives. Je faillis céder au rire insane, méchant, qui nous guette (...) au cours de la représentation d'une sombre tragédie, ou pendant un grave discours (COLETTE, Chambre d'hôtel, 1940, p. 123). L'extension précoce aux ganglions, l'aggravation rapide ne tardent pas à révéler la nature cancéreuse de l'affection et à faire porter le plus sombre pronostic (QUILLET Méd. 1965, p. 504).
c) [Domaine de la perception, des sens]
) [En parlant d'un arôme, d'une odeur forte, pénétrante ou âcre] Il y en a [de la rue] au fond de la tisane qu'elle remue avec la cuiller et toute l'odeur du fenouil est étouffée soudain sous la sombre odeur de cette suie des seigles malades (GIONO, Gd troupeau, 1931, p. 221). Et je déplorais qu'une paresse, née du sombre arome de l'opium et de l'heure tardive, me retînt encore de gagner mon lit (COLETTE, Ces plais., 1932, p. 13).
) PHONÉT. Voyelle sombre. Anton. voyelle claire. Une voyelle sombre est une voyelle acoustiquement grave, comme [u] de jour ou de loup, et toutes les voyelles vélaires (Ling. 1972).
) [Notamment, p. réf. à la voix, au timbre, aux sons] Sans clarté, grave. D'une voix sombre. Vous oubliez cette phrase poignante de la Huitième Symphonie (qui d'ailleurs est tout entière dominée par le Cor soutenu des sombres colorations de la contrebasse) (CLAUDEL, Fig. et parab., 1936, p. 166). Le tumulte sombre du travail des hommes grondait toujours (GIONO, Batailles ds mont., 1937, p. 343).
[P. méton.] Il déclamait d'un organe sombre et cabochard (ARNOUX, Zulma, 1960, p. 294).
[Avec une valeur adv.] — T'es un artilleur? (...) — Non, dit Olivier, je suis du 140 y paraît. — 140, 140? répéta l'homme de sa voix qui chantait sombre parce qu'il parlait avec l'accent de la montagne (GIONO, Gd troupeau, 1931, p. 93).
C. — Toujours antéposé. [En parlant d'une pers. ou d'une chose; fonctionnant comme superl. pour renforcer un terme injurieux ou dépréciatif] Triste, déplorable, lamentable, louche. Synon. sinistre. Sombre brute! Sombre crétin! J'ai toujours tenu pour de sombres imbéciles les gens qui disent que le peuple allemand ne voulait pas la guerre (BARRÈS, Cahiers, t. 11, 1917, p. 218). C'est une sombre connerie, toute cette histoire! Bien sûr qu'ils existent ces camps. C'est ignoble, et c'est nécessaire (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 338).
Prononc. et Orth.:[]. Homon., formes de sombrer1 à 3. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1374 Nord sombre cop « meurtrissure » (6 mars, Reg. de la loy, Arch. Tournai ds GDF.) — 1604 [éd.] (Cout. d'Anapes, Coutum. gén., II, 923, ibid.); 2. 1530 « qui donne peu de clarté » (PALSGR., pp. 307b et 648a: Le temps est sombre ... il fait sombre); 1606 nuit sombre (NICOT qui cite DU BELLAY); 1611 subst. « ce qui est peu éclairé » (LARIVEY, Fidèle, I, 8 ds GDF. Compl.: au sombre de la nuict); 1863 sylvic. coupe sombre « coupe peu importante (p. oppos. à coupe claire) » (LITTRÉ, s.v. coupe); puis par contresens 1910 coupe sombre « réduction importante de personnel » (Lar. pour tous, s.v. coupe); 3. 1545 adj. « où manque la sérénité, empreint d'une tristesse tragique ou menaçante » (Farce des cinq sens ds Anc. Th. fr., éd. Viollet le duc, t. 3, p. 305: je vous prometz de cueur non sombre Que nul de vous je ne vueil nuire, Se grant fortune ne m'encombre); 4. 1694 (Ac.: On appelle, Couleurs sombres, Les couleurs qui sont moins esclatantes que les autres, et qui tirent sur le brun); 5. 1855 (LITTRÉ-ROBIN Add.: Sombre ou sombré - Voix sombrée, timbre sombre); 1933 voyelles sombres (MAR. Lex., s.v. voyelle); 6. 1868 sert à déprécier sombre mystificateur (LAUTRÉAM., Chants Maldoror, Poésies I ds ROB., s.v. loustic, citations). Mot prob. plus anc. (cf. ca 1179 le subst. dér. essombre « ténèbres; ombre » Renart, éd. M. Roques, I, 2313 et 2556, à l'aide du préf. es-, v. 2, du lat. ex-) d'orig. obsc.; p. -ê. dér. d'un anc. verbe sombrer « faire de l'ombre », du b. lat. subumbrare « couvrir d'ombre » dans des textes scripturaires de 400 et VIIIe s. ds COR.-PASC., v. aussi BLAISE Lat. chrét., dér. du lat. class. umbrare « couvrir d'ombre, faire de l'ombre », de umbra « ombre », préf. sub- marquant la position inférieure, v. FEW t. 12, p. 375 et G. STRAKA ds Homenaje a Alonso Zamora Vicente, I, 1988, pp. 282-287; cf. l'esp. sombra « ombre » XIIIe s. ds AL., altér. du lat. umbra « ombre » sous l'infl. de sol « soleil », solombra « ombre » 1250 ds COR.-PASC. p. oppos. de sol y sombra « soleil et ombre », et l'a. prov. solumbrar « ombrager, mettre à l'ombre, reposer » XIVe s. ds RAYN., de la même orig. lat. sous l'infl. de sol « soleil ». Fréq. abs. littér.:9 160. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 12 573, b) 18 155; XXe s.: a) 14 037, b) 10 057. Bbg. PICOCHE (J.). Struct. sém. du lex. fr. Paris, 1986, p. 120. — TLF. Notes de lexicogr. crit. Trav. Ling. Litt. Strasbourg. 1986, t. 25, n ° 1, p. 278.

sombre [sɔ̃bʀ] adj.
ÉTYM. 1530; sombre cop (coup) « meurtrissure », 1374; probablt plus ancien, cf. le comp. essombre « obscurité », 1260, et l'adv. sombrement 1433; probablt dér. d'un ancien v. sombrer « faire de l'ombre », du bas lat. subumbrare, de sub-, et umbra « ombre ». REM. Sombre, sauf au sens II, 4, se place avant ou après le nom, l'antéposition étant littér. ou marquée.
———
I
1 Qui est peu éclairé, reçoit peu de lumière. Noir, obscur. || Pièce sombre. || Sombre comme un caveau, un cachot, une prison, un souterrain, un tombeau… || Basses et sombres églises (→ Monument, cit. 8). || Sombre sous-bois. Ombreux. — ☑ Loc. Coupe sombre (par oppos. à coupe claire, blanche). Coupe.
1 Nous irons dans des bois, sous des feuillages sombres
Où jamais le soleil n'a su forcer les ombres.
Théophile de Viau, Élégie.
2 (…) tous les sbires de Grenade, en grande tenue, entouraient l'église si sombre de Saint-Dominique. À peine si en plein midi on y voit à se conduire.
Stendhal, Romans et nouvelles, « Le coffre et le revenant ».
Qui est obscurci, privé de lumière. Assombri. || Ciel sombre et orageux. Bas. || Le ciel est moins sombre. || « Les astres émaillaient (cit. 4) le ciel profond et sombre » (Hugo). || Il fait sombre (→ 1. Brouillard, cit. 6).Nuit sombre. Aveugle (cit. 31), noir. || « Les sombres azurs de la nuit » (→ Obscurité, cit. 4, Hugo).
3 La nuit vint deux heures plus tôt, tant le ciel était sombre.
Maupassant, Contes de la Bécasse, « La peur ».
N. m. Littér. || Le sombre de la nuit (→ 1. Aube, cit. 5). Obscurité, ténèbres.
Par ext. Qui donne peu de clarté. || Jour, temps sombre, blafard, crépusculaire.
4 Le jour, si c'est du jour que cette clarté sombre,
N'a l'air de se lever que pour regarder l'ombre (…)
Hugo, l'Année terrible, févr. 1871, V.
Peu clair, et par là triste, menaçant, sinistre. || Sombres abîmes (cit. 8). || La terre morne (1. Morne, cit. 3) et sombre…
5 Chicago, noirci par ses fumées, assombri par les brouillards du lac Michigan, est d'un rouge ténébreux et sinistre. Pittsburg est plus sombre encore.
Sartre, Situations III, p. 103.
(Av. le nom). Mythol. || Les sombres bords (→ Proie, cit. 7), le sombre empire, les sombres rivages. Enfer (→ Infernal, cit. 2).
2 (1694). En général après le nom. Qui est mêlé de noir ( Noirâtre), ou se rapproche du noir. || Couleur, teinte sombre. Foncé. || Eau d'un bleu épais, sombre (→ Plomber, cit. 6). || Vêtements (→ Puce, cit. 7), cheveux (→ 1. Forêt, cit. 6) sombres. || Un lichen (cit.) sombre, brun, profond. || Rouge (cit. 17), vert sombre (→ Globe, cit. 11; île; cit. 3).
3 (D'un son, d'une voix). Grave ou voilé (→ Râpeux, cit. 2).
———
II Par métaphore ou fig.
1 Par métaphore. Qui évoque des idées de ténèbres, de difficulté extrême ou de noirceur morale. || « Le vice toujours sombre dans son âme » (→ Enfoncer, cit. 43).Poét. Qui évoque la mort, le deuil, le danger. Brumeux (poét.), funèbre, ténébreux (→ Bergerie, cit. 3, Chénier; emmitoufler, cit. Baudelaire). Spécialt. Chez Hugo. Noir (I., B., 5.). || « La pâle mort mêlait les sombres bataillons » (cit. 5). → aussi Écueil, cit. 1; farouche, cit. 9; hurlant, cit. 1; 1. ombre, cit. 29; oubli, cit. 10.
2 (Fin XVIe). Fig. Dont les pensées, les sentiments sont empreints de tristesse, d'abattement, de douleur ou d'inquiétude. Amer, assombri, morne, morose, noir (I., B., 1.), taciturne, ténébreux, triste (→ Morosité, cit. 1). || Le plus sombre des misanthropes (cit. 5).Poét. || La sombre Envie (cit. 8), la sombre Jalousie (cit. 16).Air, expression (cit. 36), physionomie (cit. 1), visage sombre, d'une sévérité triste ou menaçante. Sinistre. || Regard sombre. || Caractère (→ Égrotant, cit. 2), humeur (→ Dérider, cit. 1), tempérament sombre. Atrabilaire, bilieux, mélancolique, pessimiste.Par ext. || Pensée sombre et noire (cit. 22). || S'abîmer dans de sombres réflexions (→ Broyer du noir). || Une sombre colère (→ Imprécation, cit. 4). || « Jusqu'au sombre plaisir d'un cœur mélancolique » (cit. 2).
3 (1689). Choses. D'une tristesse tragique ou menaçante. Funèbre, funeste, inquiétant, sinistre, tragique; dantesque. || Les heures les plus sombres de notre histoire. || Avenir sombre (→ Nombre, cit. 21). || Sombres calamités (→ Palingénésie, cit. 1).N. m. || « Du sombre, du lamentable, j'en ai vu dans mon existence… » (Daudet, l'Immortel, p. 335).
6 Nous entrons dans un temps sombre, de complots, de violences. Dès septembre, tout devient obscur.
Michelet, Hist. de la Révolution franç., IV, IV.
Qui n'est pas clairement compréhensible, et paraît menaçant. || Il se tramait un sombre complot.
4 (Av. le nom). Fam. Déplorable, lamentable. || Un sombre mystificateur (→ Loustic, cit. 5). || C'est un sombre idiot, une sombre brute. || Une sombre histoire.
7 (…) il se paya le cinéma qui dispersa tout ce carnaval au profit d'une sombre histoire de sombre assassinat.
R. Queneau, Loin de Rueil, p. 142.
CONTR. Éclairé; éblouissant, éclatant, enflammé, illuminé, luisant, rayonnant; diaphane. — Blanc, clair, criard, frais, vif. — Gai, enjoué, jovial, joyeux, radieux, satisfait.
DÉR. Sombrement, 3. sombrer, sombreur.
COMP. Assombrir.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • sombre — SOMBRE. adj. de t. g. Qui est peu éclairé, qui reçoit peu de clarté. Ce logis est bien sombre. dans une sombre forest. un temps sombre. On dit, Il fait sombre, pour dire, que Le temps est sombre: Et on dit, qu Il fait sombre dans un logis, dans… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • sombre — Sombre, com. gen. penacut. Est autant que umbragé et obscur. Ainsi dit on la nuict sombre. Joachim Du Bellay en ses Odes: La nuict froide et sombre Couvrant d obscure ombre La terre et les cieux. Et de mesme on dit le temps sombre quand il est… …   Thresor de la langue françoyse

  • sombre — British English spelling of SOMBER (Cf. somber) (q.v.); for spelling, see RE (Cf. re) …   Etymology dictionary

  • sombre — is spelt this way in BrE, and somber in AmE …   Modern English usage

  • sombre — (US also somber) ► ADJECTIVE 1) dark or dull. 2) oppressively solemn or sober. DERIVATIVES sombrely adverb sombreness noun. ORIGIN French, from Latin sub under + umbra shade …   English terms dictionary

  • sombre — (son br ) adj. 1°   Qui reçoit peu de lumière, peu éclairé. Une chambre sombre. •   Oh ! qui m arrêtera sous vos sombres asiles !, LA FONT. Fabl. XI, 4. •   Et le temps aujourd hui Est sombre tout cela me donne un peu d ennui, COLLIN D HARLEVILLE …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • SOMBRE — adj.des deux genres Qui est peu éclairé, qui reçoit peu de lumière. Cette maison est bien sombre. Dans une forêt sombre. Un temps sombre.   Il fait sombre, Le temps est sombre. Il fait sombre dans cet appartement, Cet appartement est sombre, peu… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • SOMBRE — adj. des deux genres Qui est peu éclairé, qui reçoit peu de lumière, qui est obscur. Cette maison est bien sombre. Dans une forêt sombre. Un temps sombre. Une nuit sombre. Il fait sombre, Le temps est sombre. Il fait sombre dans cet appartement,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Sombre — la Sombre (le Gaumont) Photo bienvenue Merci Caractéristiques Longueur 13,4 km Bassin  ? Bassin collecteur la Dordogne Débit moyen  ? …   Wikipédia en Français

  • sombre — (BrE) (AmE somber) adj. VERBS ▪ be, look, seem ▪ Everyone looked very sombre. ▪ become, grow, turn …   Collocations dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.